Jour 4 - Les Saintes

Publié le par Amrael38

Le 4ième jour nous avons pris le bateau pour aller visiter les îles « Saintes ». Le plus simple pour aller aux Saintes, c’est d’embarquer depuis les 3 Rivières. C’est une petite ville à l’extrême sud de Basse Terre. Un bateau navette fait l’aller-retour avec les Saintes plusieurs fois par jour. En regardant les photos, vous pourrez noter le nom assez humoristique du bateau ;)
 
Bien que la traversée ne soit pas longue, les eaux entre la Guadeloupe est les îles des Saintes sont assez … « remuantes ». Les vagues font des creux de plusieurs mètres même par beau temps, ce qui provoque assez souvent des haut-le-cœur chez les passagers. Ayant pris l’habitude de voir des gens malades, l’équipage est prêt à fournir dès que nécessaire des sacs à vomi …
Les jours de mauvais temps, il peut y avoir des creux de plus de 10 mètres … de vraies montagnes russes sur eau. D’ailleurs, il paraît que lorsque cela arrive, les passagers ont tellement peur qu’ils en oublient leur mal de mer …
 
Après une demi heure de traversée et de tape-cul, vous arrivez enfin au port des Saintes sur l’une des deux îles : « Terre de Haut ».
 
Sur le quai, le flot des visiteurs est attendu! Quelques doudous accompagnées de leurs ti-moun (enfants) proposent la spécialité locale : des pâtisseries au coco, délicieuses à condition d’avoir une bouteille d’eau à portée de main ! Quelque peu bourratifs, ces gâteaux sont appelés « Tourments d’Amour ». Tout un programme.
 
Il est surprenant de constater qu’il n’y a presque aucune voiture sur l’île. Tous les déplacements se font principalement à scooter. D’ailleurs les touristes fraîchement débarqués ont 3 possibilités pour visiter l’île : louer un scooter à la journée pour faire le tour de l’île, prendre un minibus avec un chauffeur qui leur fera une visite commentée de l’île ou bien utiliser leurs jambes. Nous avons décidé de prendre le minibus pour avoir une visite guidée. Les scooters étaient attirants, mais sans guide pour commenter la visite nous étions sûrs de passer à côté des choses les plus intéressantes! Quant à la dernière option, tout faire à pieds, cela nous a paru impossible dans le laps de temps d’une unique journée étant donné que l’île est très vallonnée.
 
Pour 10 Euros/personne, nous avons grimpé à bord d’un minibus pour une visite guidée que nous n’avons pas regrettée. Le chauffeur était extraordinairement doué dans ses commentaires et sa façon de décrire les merveilles de son île.
 
L’économie des Saintes repose sur deux choses : le tourisme et la pêche. Dans toutes les îles qui composent les Saintes, on remarque de drôles de barques de pécheurs : les Saintoises. Ces embarcations typiques ont été adoptées par tous les pêcheurs. Leurs lignes sont élégantes avec leur étrave relevée et leurs couleurs vives. De plus, elles sont très rapides (surtout depuis qu’elles sont équipées de puissants moteurs !). Elles font honneur aux qualités de navigateurs exceptionnels des pêcheurs saintois. Et ils ont de qui tenir ces marins, certains de leurs ascendants sont bretons ou normands et ont débarqué ici dès le XVIIème siècle.
 
Dans le quartier des pêcheurs, toutes les maisons ont deux ouvertures, une côté rue, l’autre côté rivage sur lequel sèchent des filets … que de daurades, thons, vivanos et espadons piégés par ces mailles, et qui finissent sur les bonnes tables de l’île !
Autre produit de la mer très prisé: les lambis. Ces gros mollusques sont préparés en fricassée. Et que fait-on des coques ? Leur bel intérieur rose nacré leur vaut la reconnaissance de finir en ornement autour des tombes dans le petit cimetière de l’île (visite conseillée). Qu’il est loin le temps où la pêche était la principale ressource des Saintes … La manne touristique est maintenant bien plus lucrative pour les quelques 3200 habitants.
 
L’une des maisons les plus atypiques de l’île, est la Maison des Docteurs. Celle-ci prend la forme un demi navire qui surplombe la crique de la petite Anse. C’est dans cette maison qu’ont été logés tous les docteurs des Saintes.
 
Notre guide nous a montré tour à tour les différentes plages de Terre de Haut : celle du Bois Joli, celle de Pont-Pierre avec ces palmiers royaux et celle de la Grande Anse où les courants sont si fort que la baignade y est interdite.
Nous avons également fait un détour par le fort Napoléon III. Il ne manque rien à ce fort de style Vauban édifié au XIXème siècle : un pont-levis, des chemins de ronde et des remparts qui dominent fièrement le bourg … sauf peut-être, une histoire digne d’une telle démonstration de force ; car lorsque sa construction s’est achevée, la guerre était finie ! Actuellement ses murs protègent le Musée d’Histoire et des Traditions des Saintes. La découverte des îles par Christophe Colomb à la Toussaint 1493 (d’où le nom « Los Santos ») jusqu’aux traditions locales. Mais attention, le musée n’est ouvert que le matin. Depuis le fort, on a une vue imprenable sur toute l’île. On peut également y voir des os de baleines entreposés dans un renforcement du fort ainsi que les célèbres iguanes de l’île des Saintes.
 
Dans la montée qui mène au fort, le chauffeur nous a appris qu’il ne fallait surtout pas approcher tous les arbres marqués d’un cercle rouge. Ceux-ci produisent une sève acide qui peut gravement brûler la peau si l’on touche l’écorce de l’arbre. D’ailleurs, il vaut mieux éviter de s’abriter sous ces arbres quand il pleut, car les gouttes deviennent acides en touchant les branches et les feuilles.
 
Parcourir les routes de l’île procure à chaque virage un nouvel émerveillement. Le panorama est magnifique avec en fond les eaux turquoises, le vert intense de la végétation et des fleurs à profusion : bougainvillées géants, hibiscus et des flamboyants qui se parent de fleurs rouges.
 
 
 
 
(Pour voir les photos, cliquez sur l’image ci-dessus)
 
Histoire du Lieu : Composées de plusieurs îlets, elles sont parmi les plus belles îles des Caraïbes. Elles ont été découvertes par Christophe Colomb à la Toussaint 1493, d’où le nom « Los Santos ». On y accède en bateau depuis Trois Rivières ou Point à Pitre. Il n y a que peu de voitures, la meilleure façon de visiter est de louer un vélo, un scooter ou une moto, ou ... la marche pour les courageux. Montez au Fort Napoléon où vous verrez, en dehors de l'exposition, de nombreux iguanes et au Chameau (309m), point culminant d'où vous aurez une vue circulaire époustouflante.

Publié dans Guadeloupe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article